Chirurgie mammaire à Marseille : Hypertrophie mammaire

CHIRURGIE ESTHÉTIQUE DES SEINS

CHIRURGIE DE L’HYPERTROPHIE MAMMAIRE

HYPERTROPHIE MAMMAIRE

DEFINITION

Qu’est ce qu’une hypertrophie mammaire ?

Hypertrophie mammaire - Dr Jauffret, chirurgien plasticien à Marseille

L’hypertrophie mammaire est définie par un volume des seins trop important par rapport à la morphologie de la patiente.
Cet excès de volume est en général associé à un affaissement des seins (ptôse mammaire), et parfois à un certain degré d’asymétrie.
L’hypertrophie mammaire entraîne presque toujours un retentissement physique et fonctionnel (douleurs du cou, des épaules et du dos, gêne pour la pratique des sports, difficultés vestimentaires).
Il existe aussi fréquemment un retentissement psychologique notable. Ces troubles justifient la prise en charge par l’Assurance-Maladie lorsque la résection porte sur plus de 300 grammes par sein.

CHIRURGIE DE L’HYPERTROPHIE MAMMAIRE

TECHNIQUE D’INTERVENTION

Description simplifiée de la technique :

Hypertrophie mammaire - Dr Jauffret, chirurgien plasticien à MarseilleL’intervention réalise l’ablation du tissu glandulaire en excès. On conserve un volume en harmonie avec la silhouette de la patiente et conforme à ses désirs. Ce volume glandulaire résiduel est ascensionné, concentré et remodelé. Il faut ensuite adapter l’enveloppe cutanée, ce qui impose de retirer la peau en excès afin d’assurer une bonne tenue et un bon galbe aux nouveaux seins. Cette résection cutanée entraîne des cicatrices :
Le plus souvent, la cicatrice a la forme d’un “T” inversé
En présence d’une hypertrophie mammaire modérée, on peut réaliser une technique dîte ” verticale”, à deux cicatrices (péri-aréolaire et verticale)
Rarement, il sera possible de ne faire qu’une cicatrice péri-aréolaire.

Une plastie mammaire pour hypertrophie peut être effectuée à partir de la fin de la croissance et au-delà, pendant toute la durée de la vie. Une grossesse ultérieure est bien évidemment possible, ainsi qu’un allaitement, mais on conseille d’attendre au moins six mois après l’intervention.
Le risque de survenue d’un cancer n’est pas augmenté par cette intervention.

Autres informations concernant l’intervention

Type d’hospitalisation : le plus souvent l’hospitalisation dure 24 heures.

Type d’anesthésie : il s’agit presque toujours d’une anesthésie générale

Durée opératoire : En fonction de la technique utilisée et de l’importance de l’hypertrophie, l’intervention peut durer de 1 h 30 minutes à 2 h 30

Examens préopératoires : bilan préopératoire, consultation d’anesthésie, mammographie

CHIRURGIE DE L’HYPERTROPHIE MAMMAIRE

SUITES OPERATOIRES

LES SUITES OPERATOIRES HABITUELLES

Les suites opératoires sont en général peu douloureuses et ne nécessitent que des antalgiques simples. Le premier pansement est retiré au bout de 24 à 48 heures et remplacé par un soutien-gorge assurant une bonne contention. Le port de ce soutien-gorge est conseillé pendant environ un mois, nuit et jour.

  • Les fils de suture sont retirés vers le 15e jour après l’intervention.
  • L’œdème et les ecchymoses disparaissent en 15 jours à 3 semaines
  • Le résultat sur la forme et sur le volume est acquis au 6e mois postopératoire
  • Les cicatrices atteignent leur aspect définitif après un an d’évolution.
  • Il convient d’envisager une convalescence et un arrêt de travail d’une durée de 7 à 10 jours.
  • On conseille d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive.

CHIRURGIE DE L’HYPERTROPHIE MAMMAIRE

RISQUES ET COMPLICATIONS

Risques – Complications

Risques anesthésiques : l’ensemble de ces risques sera exposé lors de la consultation d’anesthésie pré-opératoire.

Risques immédiats liés à l’intervention :

  • Hématome : Il s’agit d’un saignement qui provoque une augmentation brusque du volume d’un sein qui justifie une reprise rapide au bloc opératoire afin d’évacuer l’excédents de sang.
  • L’infection : elle se manifeste quelques jours après l’intervention. Elle peut justifier un drainage chirurgical et un traitement antibiotique.
  • Retards de cicatrisation : souvent dus à une désunion cicatricielle ou à une nécrose cutanée

Risques secondaires (quelques semaines)
Troubles de la sensibilité aréolaire (hyper ou hyposensibilité) qui peuvent durer plusieurs mois
Asymétrie de hauteur, de volume ou de forme souvent liés à une complication immédiate (infection ou nécrose tissulaire). Lorsque l’asymétrie est trop importante, elle peut justifier une reprise qui se fera le plus souvent après un an d’évolution.

Risques tardifs (à partir de 6 mois à 1 an)

  • L’aspect des cicatrices : il est fréquent qu’elles prennent un aspect rosé et gonflé au cours des deuxième et troisième mois postopératoires ; au-delà, elles s’estompent en général progressivement, pour devenir, avec le temps, peu visibles. Elles peuvent toutefois demeurer élargies, blanches ou au contraire brunes voir hypertrophiques ou chéloïdes. Dans tous les cas, elles ne disparaissent jamais complètement.
  • La récidive de l’hypertrophie qui peut résulter de variations de poids importantes ou d’une nouvelle grossesse
  • Difficultés ou impossibilités d’allaitement avec certaines techniques

Conclusion

L’intervention chirurgicale pour hypertrophie mammaire constitue une demande fréquente. Cette intervention chirurgicale permet de retrouver une poitrine plus galbée et de taille en rapport avec la morphologie, mais cette transformation se fait le plus souvent au prix de cicatrices qu’il faut savoir accepter..

Votre avis compte

Qu’avez vous pensé de cet article ?

Cette page vous a plu ?
Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles

11 votes
Moyennes : 3,91 sur 5
Loading...

Le dernier commentaire et 5 autres commentaires nécessitent d’être validés.
2 réponses
  1. Marine
    Marine dit :

    Je suis complexée avec mon bonnet 90 E, et j’ai très mal au dos. Est ce que la réduction mammaire est prise en charge par la sécurité sociale ?

    Répondre
    • Jean-Luc Jauffret
      Jean-Luc Jauffret dit :

      Bonjour, La sécurité sociale prend en charge certaines réductions mammaires importantes (lorsque la résection est supérieure à 300 g / coté). Dans ces cas, le poids des seins est responsable de dorsalgies ce qui justifie la participation de la SS.

      Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *