Augmentation mammaire à Marseille - Dr Jauffret, chirurgien plasticien

Suite Prothèses Macrotexturées

Pour faite suite aux révélations du Consortium International des Journalistes d’Investigation ainsi qu’à l’émission Cash Investigation diffusée hier sur France 2  je tiens à vous apporter des éclaircissements supplémentaires à propos des implants mammaires

Le congrès annuel  de la Société Française de Chirurgie plastique qui a  eu lieu la semaine dernière nous a permis d‘établir des recommandations basées sur des faits scientifiques que bien entendu j’entends appliquer.  Je vous joins donc ces recommandations publiées par le directoire de notre spécialité.

Je précise en préambule ne plus poser de Prothèses Macrotexturées  depuis 8 ans. Je suis bien entendu à la disposition de toutes mes patientes pour, d’une part leur communiquer la marque et le modèle de leurs implants et d’autre part pour éventuellement les recevoir en consultation si nécessaire. 

Ma préoccupation reste avant tout  la santé et le bien être de mes patientes.

COMMUNIQUE DU DIRECTOIRE DE CHIRURGIE PLASTIQUE :

Prenant à la fois en compte les données scientifiques dont il dispose actuellement concernant le LAGC (lymphome anaplasique à grandes cellules), et les principes déontologiques qui régissent l’exercice de la Médecine, le Directoire Professionnel des Plasticiens réuni sous l’égide de la SoFCPRE recommande dorénavant de ne plus mettre en place d’implants mammaires à surface macro-texturée de type BIOCELL de la marque ALLERGAN en raison de la sur-représentation de ces prothèses dans cette pathologie. Le Directoire reste prudent concernant les autres implants à surface macro-texturée et les implants à surface recouverte de polyuréthane, pour lesquelles les travaux se poursuivent pour déterminer une éventuelle exposition au risque.

Concernant les femmes porteuses d’implants mammaires à surface macro-texturée, le Directoire ne recommande pas d’explantation préventive à titre systématique, car le risque de survenue d’un LAGC est extrêmement faible.

Comme à toutes les femmes porteuses d’implants mammaires le Directoire recommande avec ses tutelles une surveillance annuelle chez leur chirurgien, leur gynécologue ou leur médecin traitant (examen clinique, échographie et IRM au moindre doute).

En l’absence d’anomalies cliniques ou radiologiques, il est toutefois inutile de modifier la fréquence et les modalités d’une surveillance annuelle.

Profondément soucieux de la santé de leurs patientes, les chirurgiens plasticiens français se préoccupent depuis janvier 2011 du problème du LAGC et travaillent à cet effet en étroite collaboration avec leurs instances de tutelle (DGS, ANSM, INCA) et avec les sociétés scientifiques internationales (ASAPS).

Malgré le grand nombre d’inconnues, il apparaît aujourd’hui que la texturation de l’implant pourrait jouer un rôle important dans la survenue du LAGC. Grâce à son réseau Lymphopath unique au monde, la France a pu recenser 56 cas de LAGC de 2009 à Novembre 2018. Ces cas concernaient dans la majorité des cas des implants à surface texturée. A cet égard, les chirurgiens plasticiens français avaient émis en 2017 une recommandation de prudence concernant l’utilisation des implants macrotexturés et la relativité de leur indication. Depuis lors, à la suite des conclusions des travaux commandités par l’ANSM et publiés en juillet 2018, on distingue les implants mammaires en 4 catégories selon la nature de leur surface : lisse, micro-texturée, macro-texturée, et recouverte de polyuréthane.

Si le sujet est préoccupant, il faut toutefois garder le sens de la mesure et ne pas inquiéter inutilement la population. La fréquence du LAGC est si faible que le risque est encore très difficile à quantifier. Pour la même raison, il n’est pas possible d’identifier précisément les facteurs de risques associés à cette pathologie, qui sont vraisemblablement multiples. A côté de la texturation de surface des implants en effet, le rôle de certains microbes et le terrain génétique ont été incriminés, qui nécessitent aussi des études complémentaires.

Dr Jauffret J-Luc